Addiction au tabac

Tabac wix.png

La dépendance physique au tabac

Celle-ci peut-être très marquée, c’est-à-dire qu’elle s’installe et se développe plutôt rapidement. Elle est due essentiellement à la présence de nicotine. La nicotine est une substance psychoactive, c’est-à-dire qu’elle agit sur le cerveau par le biais des neurones et des neurotransmetteurs. Ceux-ci produisent alors de la dopamine, une hormone procurant de la satisfaction.

A force de répétition, le cerveau s’habitue à la présence de cette substance. Et lorsque la consommation s’arrête, une sensation de malaise apparait : le corps est en manque de nicotine. Ce manque peut s’exprimer de différentes façons : envies très fortes de fumer, énervement, agitation, nervosité, anxiété, difficultés à se concentrer, à dormir… Lorsque le cerveau est « réapprovisionné » en nicotine, ces signes disparaissent. C’est pourquoi les patchs et gommes à mâcher contenant de la nicotine aident à neutraliser les symptômes de manque de nicotine lorsque l’on arrête de fumer. Cependant ils ne sont pas miraculeux : ils ne suffisent pas à eux seuls pour mener à bien un arrêt de tabac. D’autres dimensions de la dépendance au tabac sont également à prendre en compte.

La dépendance psychologique

Chaque personne est unique dans sa personnalité, dans son histoire, dans ses difficultés ou dans ses bonheurs… Certains peuvent avoir une nature stressée et angoissée, d’autres l’humeur triste, d’autres encore souffrir d’ennui et d’insécurité intérieure. La cigarette  peut avoir différents effets et différentes fonctions, elle peut par exemple stimuler quand on est fatigué ou calmer lorsqu’on est stressé. Ainsi par exemple quelqu’un de stressé trouvant un apaisement quotidien en consommant des cigarettes risque de se sentir en difficulté lors de l’arrêt de tabac car sa nervosité reviendra alors de façon amplifiée. Il lui faudra alors trouver un autre remède à son angoisse.

La dépendance comportementale

Également appelée dépendance environnementale. Il arrive que l’on fume des cigarettes essentiellement dans certains lieux, avec certaines personnes ou dans certaines circonstances : lorsqu’on est avec des amis, dans des cafés, dans des soirées, pendant les récréations, à la sortie des cours… Se retrouver dans des situations qui sont habituellement associées à la cigarette suscite l’envie de fumer. Lorsqu’on souhaite arrêter de fumer il faut donc repérer ces situations et les éviter. Si l’on ne peut pas les éviter, il faut alors réfléchir à des petites stratégies qui permettront de faire baisser l’envie.

Comme nous l’avons vu, les mécanismes de la dépendance au tabac sont multiples. Mieux les comprendre c’est se donner plus de chance et de moyens pour mieux s’en détacher…(1)

L'importance d'un accompagnement:

Tout d'abord, l'arrêt du tabac demande de la motivation. Cela peut commencer par une envie (" il faudrait ,un jour, que j'arrête"), puis par une vague décision ("je voudrais arrêter") et enfin par de la détermination " Aujourd'hui,je choisis d'arrêter de fumer".

La thérapie facilite ce processus. Celle-ci permet également d'avoir des renseignements sur le fonctionnement des addictions et être dirigé, si besoin, vers un médecin. Celui-ci, pourra évaluer le degré de dépendance physique et prescrire les substituts nicotiniques.

Grâce à la relation d'aide et des outils prélevés de la PNL (programmation-neuro-linguistique), l'accompagnement est structuré, profond, bienveillant et confortable. 

Une fois la dépendance physique (si présente) traitée et l'objectif déterminé, le traitement des causes psychologiques et comportementales sont indiquées.

L'hypnose et l'EFT (Emotionnal freedom technique) sont des pratiques efficaces pour cela.

L'hypnose et la dépendance tabagique:

La "thérapie symbolique" permet de soigner le symbôle de "ce qui provoque l'addiction " et donc de modifier favorablement le lien de dépendance psychologique.

Pour les dépendances comportementales, "la transformation hypnotique" permet au patient sous hypnose de gagner en énergie en fusionnant avec son idéal ( non fumeur, libre, plein de vie etc.) entrainé préalablement par des mises en situations ("sur une terrasse d'un bar, un ami lui propose une cigarette" ou " fin de journée de travail, passage dans le coin fumeur" etc.),  Cela permet au patient à se reprogrammer positivement.

L'apprentissage de l'auto-hypnose a l'avantage de pouvoir, en toute autonomie, d' accéder aux ressources profondes ( retrouver le calme, de la paix, de la vitalité etc.).

L'EFT et la dépendance tabagique:

l'EFT peut lui-aussi agir sur les dépendances psychologiques et comportementales en désactivant les émotions, croyances et sensations négatives des souvenirs à l'origine du problème.

L'auto-EFT fonctionne également pour les mêmes indications que l'hypnose.

 

Conclusion:

 

Le tabac est une drogue dangereuse qui entraine des phénomènes de dépendances physiques, psychologiques et comportementaux.

Arrêter de fumer est difficile pour la plupart des gens. Pour certains, il est nécessaire de voir un médecin ou autre professionnel de santé pouvant prescrire des substituts nicotiniques.

D'autres ont besoin d'accompagnement, pour se motiver, pour résister, tenir et enfin se libérer de cet addiction.

Différentes thérapies sont efficaces pour les dépendances tabagiques, l'hypnose et l'EFT en font parties.

filsantejeune.com(1)

tabac-info-service.fr